top of page

Deux ans après, mon corps toujours perdu...



J’ai déposé mon premier témoignage sur le site Aprèsj20 le 23 mai 2021. 

 

Aujourd’hui, cela fait 2 ans que je souffre de covid long. J’ai longtemps essayé de me guérir « seule »  mais au bout de 10 mois, j’ai accepté que mon mari m’emmène rencontrer une infectiologue à Tourcoing. 

Cette médecin, qui a « officialisé » que j’étais vraiment malade et que je souffrais de covid long, m’a prescrit 2 fois 15 séances de kinésithérapie. Mon kinésithérapeute m’a, un peu, aidé à accepter le fait que j’étais malade et j’ai également eu des séances de psychologue que je n’ai pas faites de suite, ne croyant pas en avoir besoin... Finalement, 3 mois encore se sont écoulés et j’ai finalement laissé un message sur le répondeur d’une psychologue qui m’a rappelée... 

A la fin de notre premier entretien, j’avais tellement pleuré d’épuisement... que cette dame que je ne connaissais pas, m’a dit que si je n’allais pas voir mon médecin pour lui demander un arrêt de travail, d’ici une semaine, je serais peut-être en « burn out ». J’ai eu beaucoup de mal à faire le point ce week-end là, je ne voulais pas arrêter de travailler ne m’en sentant pas le droit mais après réflexion, je me suis fait violence pour aller voir mon médecin qui m’a mise en arrêt plusieurs semaines. 

Voulant reprendre mon travail que j’adore, la psychologue m’a fait comprendre que, pour tenir,  je devais demander un mi temps thérapeutique. Cela a été fait en janvier 2022. 

J’ai commencé des séances d’orthophonie en juin 2022. Mon bilan révèle une lenteur générale de différentes fonctions du cerveau : je lis plus lentement qu’un élève de niveau 3ème. C’est un comble pour une enseignante !

 

Je suis à mi temps thérapeutique depuis 11 mois. Mais j’ai honte car je suis encore fatiguée. 

Une fatigue malsaine, nocive, une fatigue clairement anormale qui me tombe dessus et qui aspire littéralement mon énergie : hier, je me suis endormie à 22h20 pour me réveiller fatiguée à 9h ce matin et là, je témoigne de mon lit, plongée dans le noir. Il est 17h et j’y suis depuis 13 heures.

 

Je suis vraiment très fatiguée, je n’ai pourtant travaillé qu’une journée et demie cette semaine et j’ai eu 2 semaines de vacances. Mes yeux sont lourds, je ne parviens à me concentrer sur rien, j’ai du mal à raisonner. Je ne réussi plus à lire, à regarder une série ou un film avec attention. j’ai mal aux genoux et aux chevilles, à la gencive. Je n’ai toujours pas entièrement retrouvé le goût et l’odorat. Je peux juste dire que je perçois des choses mais ni que je les goûte, ni que je les sens. Je sens régulièrement des odeurs fantômes de brûlé, de fleurs... ou des odeurs déformées de la réalité..., j’ai régulièrement des tremblements et des vertiges.

 

Je termine cette année de mi temps thérapeutique et j’ai honte car je ne me vois pas reprendre à temps plein en janvier. Les jours où je ne travaille pas, je prépare mes journées de travail et je me repose alitée dans le noir. 

 

Le quotidien de la maison est difficile à gérer. Je fais quand je peux et malheureusement, je ne peux pas souvent alors le linge, la vaisselle, le lavage du sol, tout s’accumule et se fait petit à petit puis s’accumule de nouveau...

 

Heureusement , je suis très entourée par ma famille, mes amis (mes amicaments) et les personnes du milieu paramédical et médical qui m’entourent. 

Ces personnes me voient dans mon quotidien et vivent avec moi mes « bonnes » journées et les journées difficiles où je pleure... Je suis crue mais malgré cela, le sentiment de honte, d’incapacité, j’irai jusqu’à dire de « handicap » sont très présents dans ma tête au quotidien.

 

Cette maladie, on ne la voit pas avec les yeux, ce serait trop simple... C’est une maladie vicieuse et sournoise qui est subie dans ma chair : par mon corps et par mon esprit.


Merci à l’association apresj20 d’exister et de nous faire exister…


2è témoignage novembre 2022


Elodie D

45 ans

Audomarois 

Enseignante.

193 vues

Posts récents

Voir tout
bottom of page