• Sandrine T.

J'ai commencé à être malade en avril 2020.

J'ai commencé à être malade en avril 2020, toux, asthénie, agueusie, céphalées, douleurs thoraciques, perte de poids... avec un test Covid négatif.


Durant 3 mois je suis restée alitée.

J'ai fait plusieurs passages aux urgences mais ayant une saturation normale et un test négatif, on ne me prenait jamais au sérieux.

J'ai tant bien que mal repris le travail au mois d août en vivant mes journées comme des violences !!! Au mois d'octobre les symptômes redevenant horribles, je suis hospitalisée pour faire d'autres examens (enfin on me l'avait présenté ainsi) mais on m'a surtout envoyé une psychiatre pour me faire comprendre que c'était psychologique !!!


Il faut savoir que je suis quelqu'un de dynamique, ayant 4 enfants et toujours travaillé, donc me laisser-aller à m'inventer des symptômes, très peu pour moi.

Ma généraliste devant mon état qui empire et mon désarroi de ne pas être entendue décide de me refaire tester !! Et là miracle je suis positive... mais les choses s'aggrave et début décembre je me retrouve de nouveau aux urgences mais une fois de plus renvoyée à domicile le soir même !!!


2 jours plus tard hospitalisée en urgence, je ne pouvais plus ni m'alimenter ni m'hydrater avec des céphalées horribles provoquant des vomissements. Un légume.

Ma famille a cru me perdre. J'ai passé 12 jours à l hôpital sous perfusion. A l'heure d'aujourd'hui je n'ai toujours pas pu reprendre le travail, je suis l'ombre de moi-même.

Lorsque que j'ai découvert l'association et les nombreux témoignages j'ai repris espoir en me retrouvant dans chacun d'eux. Enfin je n'étais pas folle.


Merci pour tout ça. Car outre les problèmes de santé il faut se battre contre le corps médical !! C'est vrai que c'est tellement agréable de souffrir et de subir les inconvénients de ne pas travailler (perte de salaire, vie sociale...).

126 vues