• Nadège L.

J'ai l'impression qu'il ne me prend pas au sérieux.

J'ai développé une forme grave du covid 19 mi septembre 2020, ce qui a entraîné une hospitalisation de 11 jours.


J'ai été arrêtée jusqu'à fin octobre.

J'ai repris le travail jusqu'au début janvier. Je me suis refait arrêter jusqu'au début février. J'ai essayé de tenir mais de nouveau arrêtée depuis deux semaines.

Je sors de chez mon médecin traitant qui m'a prolongée jusqu'au 27 juin.

Toujours pour les mêmes symptômes : fatigue, essoufflements, accélérations cardiaques et brûlures au poumon gauche.


Lorsque je vais voir mon médecin traitant, j'ai l'impression qu'il ne me prend pas au sérieux. Je ressors avec un sentiment de culpabilité plus important qu'en arrivant chez lui.

Lorsque je lui explique que je suis tout le temps fatiguée et essoufflée, que c'est ça qui ne va pas dans mon cerveau, il me répond qu'il faut que je passe à autre chose.


J'étais quelqu'un d'active, j'allais au travail en vélo avec assistance électrique mais je faisais tous les jours 46 km aller retour, je faisais de la course à pied 10 km en 1h08 je n'étais pas une flèche mais je les faisais.

Maintenant je ne vais plus au travail en vélo car je me lève le matin je suis déjà fatiguée.

La course à pied, un 10km, je suis obligée de m'arrêter régulièrement. Monter un étage... je suis essoufflée.


Mais ce qui me fait le plus peur c'est d'avoir des absences. D'être en réunion et de ne pas y être... ça dure peu de temps mais, à chaque fois, ça me fait peur. Je suis devant mon ordinateur et je ne sais plus imprimer des listes. Chose que je fais tous les mois.


Je suis désolée mais j'avais besoin de me raconter, besoin de l'écoute de quelqu'un, besoin d'être prise au sérieux.

Merci de m'avoir lu.

135 vues

Posts récents

Voir tout