• Corinne C. - Maman de J. - 30 ans

Mais un mois après, descente aux enfers...

Je me permets de vous adresser ce message car la maman que je suis est aussi en grande souffrance d'assister chaque jour, impuissante, à la réalité de vie de mon fils de 30 ans.

Et à côté de moi, il y a aussi un père et deux "petits" frères en détresse devant ce que "le grand" est en train de vivre.


J. a été contaminé au covid en octobre dernier. Il vivait seul à Paris, sportif, salarié et un "boulot en or", joaillier de profession et passionné par son travail.


Des symptômes habituels (plutôt rhinopharyngés) et un rétablissement normal.

Mais un mois après, descente aux enfers... qui se solde par de nombreuses consultations médicales sans effet, un passage aux urgences parisiennes et un état s'aggravant qui nécessite que son père brave le confinement d'alors pour aller le chercher à Paris et le ramène au foyer familial.

Depuis novembre, J. a vu nombre de médecins sur Montpellier, fait 3 séjours aux urgences pour les Fêtes de fin d'année (on lui a proposé d'être hospitalisé en hôpital psy) et souffre de nombreux maux invalidants : douleurs intenses circulantes de poitrine, genoux, crâne, esprit confus et mémoire défaillante, fatigue ++, insomnies, et j'en passe pour terminer par une grosse déprime de se voir diminué ainsi sans réponse à ses questions : vais je en sortir ? Dans quel état ? Et quand...?


Bien sûr, il est accompagné psychologiquement et notre famille fait de son mieux pour l'aider, le soutenir mais le voir souffrir ainsi est terrible.


Nous errons de consultation en consultation avec des dates de RDV trop éloignées dans le temps, inefficaces et des accueils parfois désespérants.


J. est courageux, n'a jamais lâché sa certitude des sensations qu'il ressentait, des symptômes inhabituels qu'il énonçait aux médecins, qui, dubitatifs, s'acharnaient à vouloir le faire rentrer dans des critères de maladies connues mais sans rapport avec son vécu à lui.


J'ai adhéré à l'asso pour être informée (il est incapable de faire même cette démarche en ce moment), ...et témoigner pour lui si besoin.

Merci pour ce que vous faites.

J'ai hâte de trouver dans les autres témoignages un début d'espoir.

Le nôtre ne sera guère positif, pardonnez moi : cette situation est pour notre famille douloureuse et difficile à supporter.

Bon courage et merci d'œuvrer pour lui, elles et eux...

75 vues