• Gloria H.

Voilà mon histoire a débuté le 12 décembre 2020...

Je suis assistante maternelle, j'ai des antécédents médicaux : déficience rénale, asthmatique sévère, allergique à beaucoup de choses, diabétique donc étant fragile. Depuis l'arrivée du covid j'ai stoppé toute vie sociale, nous sommes resté enfermés mon mari et mes enfants durant de longs mois.


J'ai premièrement stoppé mon activité jusqu'en septembre 2020 afin de palier à tout risque de contamination. Or au bout de ces longs mois, et de la grosse perte de salaire engendrée par l'arrêt de travail, mon mari et moi avons décidé de reprendre le travail, car notre situation financière devenait catastrophique.


Alors nous avons tous deux repris en septembre 2020 et bien-sûr pris toutes les précautions possibles.

Je vous passe les détails, car ce serait trop long.

Tout a basculé ce fameux mois de décembre lorsque une maman d'une petite avec qui je travaille m'a transmis le virus par le biais de sa fille. Je vous passe les gros détails, mais cette maman a pris le risque de me confier sa fille sachant qu'elle était malade avec tous les symptômes covid (fièvre, diarrhée).

J'ai gardé son enfant du lundi au vendredi, et lorsque je lui ai dit le vendredi soir que je commençais à avoir mal à la gorge, elle m'a dit simplement qu'elle était positive covid et que je devenais cas contacts... Je vous laisse imaginer ma colère à ce moment-là, ma peur et mon dégoût d'avoir fait tellement de sacrifices personnels pour ne pas tomber malade et, tout à coup, cette personne sans aucuns scrupules vous balance une bombe en plein visage.


Voici pour le commencement.


Ensuite les symptômes ont débuté le 12 décembre. Tous les membres de la famille se sont fait tester bien-sûr le samedi matin, et nous étions tous positifs.

Mon mari et mes enfants n'ont eu aucun symptômes graves, une perte de l'odorat d'une dizaine de jours pour mon mari et mon fils.


Pour moi ça a été plus brutal : couchée au lit avec 40 de fièvre, tension très basse, mal de gorge, mal de tête presque insoutenable, sensibilité à la lumière très intense, difficultés respiration, difficultés à m'alimenter; mon médecin de famille me rendait visite à domicile quotidiennement pour me surveiller, mais aucune hospitalisation nécessaire. Tout cela a duré environ 10 jours, puis ensuite un rétablissement doucement, avec comme symptômes longs perte de l'odorat, du goût, de grosses migraines, fatigue et essoufflement.


Donc après 1 long mois d'arrêt, j'ai repris le travail mi janvier, et depuis il me reste quelques séquelles : le goût est revenu uniquement pour certaines choses, l'odorat n'est pas revenu, et j'ai une impression d'odeur de fumée en permanence, migraines, essoufflements.


En ce qui concerne ma capacité respiratoire, je dois faire des examens plus poussés sur une possible détérioration de ma capacité pulmonaire. En-effet d'après les premiers examens de mon médecin traitant, j'ai une sérieuse perte de capacité respiratoire en comparaison à juillet 2020 où j'avais effectué des examens pulmonaires.


Donc pour résumer je suis à un peu plus de trois mois après l'infection au covid 19 et les symptômes persistants sont : migraine, perte de l'odorat et partiellement le goût, essoufflements.

J'espère retrouver un jour mon odorat car la vie sans lui est difficile, je pratique de la rééducation olfactive depuis 2 mois mais rien de change.

Je m'estime tout de même heureuse car je suis en vie, mon mari et mes enfants vont bien, je me sens tout de même chanceuse de ne pas avoir fait de séjour en réa, car je sais que je n'y suis pas passée loin.

Merci à vous de travailler sur ce sujet, j'espère un jour que nous apprendrons la vérité sur ce virus et j'espère surtout que ce virus n'aura pas de séquelles plus graves sur le long terme.

Je souhaite à toutes les personnes infectés un bon rétablissement, beaucoup de courage .

76 vues

Posts récents

Voir tout