top of page

Les fantaisies du grand chapiteau


Courant vers mes rêves, dribblant le futur,

Je sprinte, face au vent, foulant mon aventure.

Mais le destin, lançant son javelot, a brisé mon élan,

Soudain, mon corps, a sonné la mi-temps.


Jongleur maladroit de symptômes fantômes

Dans l'arène de l'incertitude, je cherche mon diplôme.

Le mental et les émotions jonglent et dansent

Sur le fil tendu de mon existence,


Cherchant l'équilibre, entre les efforts et le repos,

Funambule dans la mêlée, un jour forte, le lendemain Ko.

Crachant le feu de l'inflammation, je tempère mes ardeurs.

Survivre au crash est une bataille intérieure.


L'hyperventilation est une voltige, une pirouette en l'air,

Un numéro sous la toile, un défi hors pair.

Dans ce brouillard insidieux, ma clarté s'est envolée,

Où chaque geste est un combat, une énergie calculée.


Sachez que moi je suis toujours confinée, comme un lion en cage,

Chaque symptôme une scène, jouée sur cette sombre page.

Sous le voile de ma peau, spasmes et tremblements rivalisent en artistes,

Sur la scène de mes veines, chaque pulsation dessine sa piste.


Dans le cirque de mes nuits, le sport de survivre prend tout son sens,

Derrière le rideau de l'angoisse, mon cœur fait des acrobaties intenses.

A chaque écho, l'oreiller garde le secret de ma frayeur,

Sous le chapiteau étoilé, marquant mon âme de sa noirceur.


Incomprise, jugée sous les yeux du grand public,

Pas malade en apparence, mais en dedans, c'est critique.

Qui peut comprendre l'épuisement, l'effort dosé,

Dans un monde où l'action est reine, et le repos suspecté.


S'te plaît, m'en veux pas si j'annule à la dernière minute nos soirées,

C'est un temps mort que mon corps réclame un retrait

Dans l'ombre des stades, le soupçon me terrasse,

Aux regards jugeant je lance ce cri, libère-moi de cette impasse.

Un examen normal, soulagement ou flop ?

"Tu me dis q'c'est du stress, alors là j'te dis stop"

Si après ça tu me juges encore, endosse mon maillot,

Et on verra si tu fais toujours le show.


Magicien sans baguette, la formule se fait discrète.

Dans le stade de ma vie, je réécris les recettes.

Compléments, fluidifiants, boucliers de ma santé,

Antihistaminiques, bas de contention pour me soulager.


Méditation, respiration, arme de ma reconstruction,

Dans le silence de mon esprit, je trouve ma libération.

Je ralentis par survie et non par choix,

Sur ce terrain, je redéfinis les lois.


Je sprinte, dans cette course contre l'invisible,

Courir vers l'espoir ça me paraît accessible.

Dans ce cirque de la vie, je suis désormais l'artiste,

Celle qui malgré tout, reste optimiste.

Mes joies volées, par un adversaire caché,

L'avenir appartient aux âmes éveillées.


A travers le roulement de tambour, un message se dessine,

Malgré les épreuves, la musique du cœur s'aligne.

Malgré le manège infernal, un tournis qui m'éprouve,

A chaque tour, un espoir de guérison s'y trouve.


Chaque jour, un combat, mais aussi une promesse,

De jamais abandonner, malgré la détresse.

Dans l'art de la chute, je trouve ma mélodie,

Avec patience et résilience, je m'envole vers ma symphonie.


Je rame, je slame, je compose ma thérapie.

Une guerrière qui dévoile sa poésie.

Je fais rebondir ma force dans ce cirque accablant,


Je jongle à contre-courant.


Slam de Stéphanie



139 vues

Posts récents

Voir tout

Kommentit


bottom of page