• Cathy D. - 55 ans

Pour une fois je vais parler vraiment.

"Comment ça va ?" Me demande t'on. Je réponds ça va bien... mais ceux qui me côtoient, me connaissent comprennent vite que par moments, ce n’est qu'une réponse pour éviter de parler vraiment, pour ne pas inquiéter. Mais pour une fois je vais parler vraiment.


Je vais bientôt fêter l’anniversaire de cet hôte qui a pris possession de mon corps, il est parti (enfin je crois) mais il reste encore très présent dans mon corps, dans mon cerveau, dans ma vie...


Le goût, l'odorat je les ai retrouvés, des fois trop par moments, car la moindre odeur peut se révéler insupportable par instants.

J'ai faim, je mange, mais le corps n'accepte pas toujours ces aliments et me force à les rejeter par des troubles digestifs divers (non non je ne vais pas les détailler, n'ayez crainte ;-)) ou au contraire la sensation de satiété n'existe pas.


Par instant, je me trouve dans une bulle, la fatigue me tombe dessus, je ne peux plus aligner les mots. Ah cela fait sourire mes proches, je sais ce que je veux dire, j'ai tout dans ma tête, mais de là à ce que les mots, les phrases parviennent à sortir de ma bouche c'est autre chose... Je suis comme dans une bulle, une sorte de brouillard cérébral, comme si j'étais bourrée. Je donne des ordres à mon cerveau, mais il n'en tient pas compte. Je déconne, je suis maladroite, j'oublie même en notant les choses à faire... et le pire est d'en être totalement consciente.


La vision se trouble, les douleurs musculaires et articulaires vont et viennent. Certains jours, même porter un verre pour boire est difficile.

Je suis fatiguée, mais le sommeil ne vient pas, ou je me réveille toutes les heures voire passe des nuits à ne pas dormir ou très peu.


La marche est compliquée, je trébuche très souvent, je vois les portes ou les murs mais fonce dedans, comme si les informations visuelles n’arrivaient pas à mon cerveau, comme si la 3D avait disparu.


Des céphalées intenses par moments, une sensation de fourmillements et de paresthésie sur tout le corps, des acouphènes qui surviennent brutalement et qui partent aussi vite... la sensation d'essoufflement à chaque petit effort, la voix qui déraille par moment, cette douleur thoracique qui va et vient tout comme les engelures d’ailleurs.

J’ai 55 ans mais j'ai l’impression d'en avoir bien plus par moments...


Je râle pour rien, m'énerve pour rien, pleure pour rien, même le matin au réveil alors que la journée n'a même pas commencé et que je suis seule. De temps à autre une grosse bouffée d'angoisse, des larmes qui coulent sans raison alors que je suis heureuse d'être avec mes petits enfants, mes enfants.


On sait à présent que les séquelles peuvent aussi être d'ordre psychiatriques et que le covid engendre aussi des dépressions, de l'anxiété, c'est connu... Vais-je devoir prendre des anti dépresseurs à cause de ce p.... de virus ? Certes j'ai des raisons de stresser, de m'agacer et ce depuis des années, et je suis un cheminement personnel, mais jamais je n’ai eu ces sensations de mal être sans même savoir pourquoi...


Tout ça sont les dégâts du SARS-CoV-2 sur mon métabolisme et mon système nerveux. Encore une fois, je n’écris pas ça pour me faire plaindre mais surtout pour vous faire comprendre qu’il y a autour de vous des personnes dans mon cas et qu’il y a un virus qui peut vous handicaper, et tout ça sans aucune reconnaissance officielle du corps médical.

Ça va finir par passer, tout au moins je l'espère. Je ne sais pas où je vais mais j'y vais.

Prenez soin de vous, protégez vous.

136 vues