top of page

Que dois-je faire pour être considérée comme sérieuse dans ce que je dis ?

J’ai eu les 1ers symptômes de la COVID avant le démarrage du 1er confinement en mars 2020. Il est vrai que fin février 2020, je rentrai d’une mission professionnelle à Bastia et qu’à cette période, nous entendions parler de ce qui se passait en Lombardie. J’étais déjà très épuisée par plusieurs AR à Bastia depuis octobre 2019, et j’avais été sous médication 2 fois pour bronchite. A l’époque, pas de port de masque, et habitant à Rennes, il me fallait transiter par Marseille. Beaucoup de personnes dans les bus sur les tarmacs via l’Italie. ….


J’ai été hospitalisée à la journée 2 fois, sans avoir perdue, aucunement le goût et l’odorat, ce qui, au début était, aux dires des équipes soignantes (faisant ce qu’elles pouvaient), LE SIGNE DE LA COVID. Pas de traitement alors que la toux était de plus en plus importante et profonde. Des douleurs dans le dos, impossibilité de me coucher. Seule la position assise me permettant de respirer à peu près convenablement. S’en est suivie une pleurésie. Traitement antibiotique en mai…. Rien à faire, une faiblesse de plus en plus constante et importante. Des

douleurs dans le dos au niveau des côtes. Et comme si quelqu’un serrait mes côtes et m’empêchait de respirer. De la fièvre régulièrement et surtout des vertiges et des maux de tête assez intenses.


Peu de temps d’arrêt et télétravail. Une prescription de kiné respiratoire qui n’a durée que 10 séances et qui ne m’ont pas permis de me remettre. J’ai repris le travail physiquement car montage d’une formation en présentiel en juin 2020. Avec des toux très impressionnantes aux dires de mes collègues.


Je ne m’en rendais même plus compte, c’était lié à ma respiration. Mais c’était toujours très violent et épuisant.

Dans le même temps ou plutôt en amont du problème respiratoire, j’ai eu des diarrhées assez violentes. Depuis j’ai régulièrement de colon irritable, et surtout des douleurs gastriques aigües. J’ai pris beaucoup de poids ne pouvant pas réellement faire une activité physique vu mes difficultés respiratoires.


En septembre 2021, les toux, moins intenses mais toujours là et l’apparition d’une apnée du sommeil m’ont fait consulter un pneumologue. Diagnostic : poids = apnée probable.


En mars 2022, mon médecin traitant m’a conseillé d’aller en centre de forme santé (St Grégoire), j’ai fait une 20aine de séances avec une toute petite partie remboursée par la mutuelle. Je n’ai donc pas réitéré l’expérience car trop chère. (Entre Mars et juin 2022).pour autant, je suis obligée de reconnaitre que cela m’a fait du bien, j’avais moins mal au dos, je respirai mieux et j’ai perdu un peu de poids.


Aux environs de juillet 2022, la fatigue est redevenue constante. La toux quant à elle a diminué et je pensais que tout irait de mieux en mieux.


A partir de septembre 2022, ma respiration est devenue assez difficile avec des battements cardiaques que je ne comprenais pas, intenses, très irréguliers…. J’ai été hospitalisée 2 fois aux urgences cardio de Pontchaillou (29/10/22 et 22/12/22) et 1 fois aux urgences de Granville (27/12/22) tellement j’étais mal. Mais uniquement quelques heures, car rien à l’horizon… A part un diagnostic d’extrasystoles.


J’ai, cependant entendu aussi que cela devait être « somatique » …Je vous confirme que je ne somatisai pas ! Rien n’a été découvert mis à part, lors d’une prise de sang le 22/12/22 prescrite par mon médecin traitant avant que je sois hospitalisée par ses soins avec retour chez moi le soir-même. Ainsi le taux de Troponine était très élevé à ses dires. Acté par les médecins des urgences…. Mais sans plus….


Le 30/10/22, lendemain de la 1ère hospitalisation aux urgences cardio, j’ai eu un petit malaise qui m’a fait rater la 1ère marche de mon escalier (heureusement en voulant monter) du coup, je me suis cassée le poignet gauche. 1 mois et demi de plâtre, puis atèle. Cela n’a pas réellement arrangé mon état de fatigue.


Grace à mon médecin traitant qui a la patience de chercher et trouver un cardiologue pouvant me donner RV « rapidement », j’ai pu être prise en charge à la clinique St Laurent mi-janvier 2023. J’ai dû effectuer plusieurs contrôles dont les RV ont pu être pris jusqu’à mars 2023. (Coronographie, veines supérieures, des jambes…) Pas de plaques…. Donc le cardiologue ne voyant rien non plus aux échographies à choisi de me donner un traitement de Bétabloquant afin que les extrasystoles cessent. (Elles sont moindres mais toujours présentes). Un holter sur 24h, en février 2023, qui n’a rien donné car j’allais bien cette journée et nuit-là. Un autre RV avec le pneumologue pour une hospitalisation une nuit en mars 2023 (uniquement) a confirmé une apnée légère à surveiller.


A présent, j’ai une montre connectée qui montre les extrasystoles qui sont tout de même toujours importants.


Je suis donc depuis mars 2023 sous traitement de Bisoprolol fumarate, et pour l’estomac car douleur très régulière « au cœur » ? avec des rots, pantoprazole. Ainsi, lorsque je prends du magnésium, je suis dans l’obligation d’arrêter tout de suite (Diarrhées, maux de ventre…) J’ai encore tenté d’en prendre dernièrement et mon médecin traitant a considéré effectivement que cela ne sert à rien puisque je me vide.


J’ai revu ce cardiologue en septembre 2023 pour une échographie et un renouvellement d’ordonnance. Pas de test d’effort alors que je lui disais que le moindre geste est difficile et cela selon moment. Je fais un peu de marche lorsqu’il ne pleut pas, mais je sens vite l’essoufflement.


J’ai toujours des rhumes ou du moins des sécrétions qui me font tousser même si peu, par rapport à avant, et j’essaye de ne pas trop y prêter attention.


Il y a un mois, j’ai souffert de brûlures gastriques et intestinales importantes. Comme à l’époque du 1er confinement. Depuis, je me suis mise au Bion 3. (vu avec mon médecin traitant). Cela semble aller mieux.


Mon prochain RV avec le cardio est le 15 avril, à ma demande. Les extrasystoles redeviennent importantes, sans toutefois être aussi fortes qu’avant d’être sous Bétabloquant. La fatigue est constante, sauf certains jours, sans que je comprenne ou fasse un lien quelconque….


Voici mon témoignage mais c’est aussi un appel à retour. Que dois-je faire pour être considérée comme sérieuse dans ce que je dis ?


J’ai pris contact avec le CHU de Rennes à la coordination covid long, mon médecin doit faire une demande sur OMNIDOC, coordination Covid long.



Bien cordialement



Mme Brigitte RAGEL



Née le 27/04/1960


195 vues

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page